samedi 2 novembre 2013

I bis





C'est comme une bouteille jetée à la mer, et malgré mon combat contre ce genre d'objet flottant non identifié, j'aime la voir se balancer au fil de l'eau, messagère de l'espoir, seule et pourtant si utile.

Un jour, elle arrivera et trouvera je l'espère un destinataire compétent pour protéger LA NATURE contre ses agresseurs.

Les jours passent inexorablement et inlassablement, la destruction de notre PLANETE, se vérifie chaque seconde. Je me rends compte des effets néfastes de l'HOMME.

C'est un PREDATEUR redoutable. Il pioche allègrement dans la cagnotte écologique mondiale et s'étonne des conséquences. Il dévalise et s'échappe sans être inquiété.

Ce n'est pas très moral ! Je n'ai pas une vision utopique de la vie et je pense donc être assez objective. La réalité se charge de nous réveiller. Je rêve simplement d'un monde où chacun respecterait l'autre.

C'est peu et beaucoup ! Vous penserez sûrement que ce genre de refrain a été ressassé maintes fois. C'EST VRAI , mais dans ce domaine on peut se le permettre car il n'a pas été écouté ni entendu. La chanson n'est pas bien sue;

Je vais donc vous la chanter, sur une autre mélodie. Comprendrait-on des PARENTS qui mangeraient le repas de leur enfant ? C'est à l'encontre de nos moeurs ! Ils seraient taxés à juste titre , de monstres d'égoïsme.

La comparaison pourrait s'appliquer à la NATURE, notre mère nourricière. C'est un bon gâteau, mais à force d'en manger, il n'en restera plus et nos enfants n'auront rien.

Il y a deux solutions : soit on refait un gâteau et les enfants auront leur part,


 sachant qu'on ne peut pas en refaire éternellement, soit on mange tout, on sera malade, et nos enfants n'auront plus rien du tout.

 Si nous ne prévoyons rien, nos enfants mourront. Nous avons un devoir de nourriture envers eux. Nous les avons voulus, ils sont là !

LA NATURE aussi est menacée, nous la rendons extrêmement faible, nous l'épuisons. Pourquoi cette rage à la détruire ?. Elle n'est pas inépuisable, et à trop en vouloir, nous sommes  nous aussi menacés. On lui demande trop : rendement éternel.Nous la gavons d'engrais, nous pêchons à outrance et autres délits.. Nous sommes insatiables et voulons toujours plus.

ARRÊTONS ! de surconsommer ! RECYCLONS nos déchets ! Soyons raisonnables et peut-être que nous pourrons rattraper nos erreurs !

Nous avons trop de problèmes sans solutions pour négliger ceux qui en ont une. Appliquons-nous à résoudre notre AVENIR et préservons ce qui peut encore l'être ! C'est une question de bon sens pour sauver LA NATURE.

On sait ce qu'il faut faire et ne pas faire ! FAISONS-LE !

A BIENTÔT !

lavraieviesurtout.blogspot.fr

PARTIE I