mardi 8 octobre 2013

XXVI










J'ai un exemple typique de la bêtise humaine : LES FILETS DERIVANTS. Ils râtissent tout, sans distinction d'aucune sorte. Ils resteront pour moi, un combat sans repos tant qu'il y aura ces mailles meurtrières et cette longueur inimaginable pour un profane.

J'ai vu un reportage qui laisse songeur ! Des dauphins agonisaient dans ces filets avec quelques autres malchanceux : Dernières contorsions de survie, détresse avec sourire persistant, comme pour apitoyer les hommes.

Mais ceux-là ne feront rien pour eux ! Ils les abandonneront dans leurs ultimes soubresauts nerveux, asphyxiés, noyés, sans la moindre pitié. Méritent-ils cette atroce agonie ? Sont-ils coupables pour être exécutés sans jugement ?

Cette "pêche" radicale, dévastatrice, pratiquée par des pillards, est une honte pour la race humaine. Ces messieurs raflent leur butin, cachés par la nuit, sur 60 Kilomètres de long et sur 20 mètres de haut. Ils massacrent tout, jusqu'aux plantes qu'ils draguent sur 10 cm de profondeur.

Ces habitats, ces chambres d'amour sous marines sont anéantis. Rien ne repousse : La chaîne écologique est cassée. Le mot PÊCHE est inadéquat, il faut parler de ratissage, saccage, pompage, ravage.



La vraie PÊCHE, celle que je connais est dure et noble. Rien à voir avec ces destructions massives. Notre Région est spécialiste dans cette activité qui respecte les quotas fixés. Nos marins partent contre vents et marées, subissent les éléments et surtout aiment LA MER. 



Ils pêchent à la régulière et se "contentent" de ce que les filets mortels leur ont laissé. Pas grand-chose ! Ces ABUS INDUSTRIELS doivent cesser ! C'est de l'abattage pur et simple qui ne laisse aucune chance de VIE. Tout est détruit et les stocks pour se refaire n'auront pas le temps nécessaire. Déjà certains poissons deviennent rares donc chers.

DOMI
lavraieviesurtout.blogspot.fr